Le tabac en cycle 3

Merci à la ligue contre le cancer et sa campagne de prévention, car les exercices que je vous propose sont réalisés à partir de cette campagne qui est adaptée à des jeunes élèves de CM1/CM2 voir 6ème. A cette âge la prévention se veut à la fois informative, pédagogique et ludique. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez.

Tout d’abord nous allons nous intéresser à la composition d’une cigarette :

Une cigarette contient du tabac, de la nicotine, des goudrons, des agents de saveur et de texture. Mais,une fois allumée, la cigarette devient une véritable usine chimique. Clique sur les boutons d’information pour en savoir plus!

La fumée de tabac se forme lorsque la combustion atteint la température de 1 500 °C ; le mélange de gaz et de particules ainsi formé transforme les
2 500 composés chimiques contenus dans le tabac non brûlé en 7 000 substances toxiques, dont 70 sont cancérogènes.

Voici ce que contient la fumée inhalée par le fumeur mais aussi par l’entourage que l’on appelle les « fumeurs passifs »

Mais au fait comment sont fabriquées les cigarettes ?

Numérote de 1 à 5 les étapes de la fabrication d’une cigarette :

Si tu as des difficultés avec le vocabulaire clique sur les I tu auras les définitions

Maintenant saurez-vous reconnaître les différentes manières de fumer ?

Pour aller plus loin si vous voulez en parler avec un animateur, un prof, une infirmière : Discutez entre vous et précisez si la situation est dangereuse et si oui, pourquoi et pour qui. Reportez votre discussion dans le tableau ci-dessous :

L e tabagisme fait plus de 6 millions de victimes par an dans le monde. Ainsi, toutes les 6 secondes, une personne meurt des effets du tabac.

Sournoisement le tabac, la cigarette, la chicha s’invite chez nous sans que nous ne le souhaitions.

La publicité, le sponsoring et la promotion des produits du tabac sont interdits en France. Ainsi, l’industrie du tabac conçoit des campagnes qui jouent avec les limites de la loi pour promouvoir le produit « tabac » et ses marques :

  • placement de produits dans les films et paiement de stars pour faire valoir le produit.
  • Packaging rappelant un produit bio pour laisser croire à une moindre nocivité.

Tabac et cinéma : Un des facteurs susceptibles de favoriser l’initiation au tabac est sa présence dans le cinéma. De nombreuses études montrent l’effet incitatif de la consommation de cigarettes dans les films : les adolescents ayant été davantage exposés aux films incluant des scènes tabagiques présentaient un risque 2,7 fois plus élevé de commencer à fumer que les moins exposés (Dalton et coll., 2003).

  • merchandising : publicité sur les lieux de vente (PLV), briquets, cendriers, tee-shirts, stylos…
  • produits dérivés : lignes de vêtements (Marlboro Classics), voyages, compilations de musique, raids sportifs (Camel Trophy, Raid Gauloises…)…

Toutes ces méthodes sont interdites en France, mais les séries échappent à notre contrôle.

les maladies respiratoires : 14 % des fumeurs et 27 % des fumeuses meurent d’une maladie respiratoire liée au tabac.

Que voit-on sur un paquet de cigarettes ?

En groupe, observer attentivement les paquets de cigarettes. Quel est le paquet le plus attirant, le moins attirant (en fonction des couleurs, des photos, des dessins, des messages…) ?

Choisir un paquet de cigarettes parmi les paquets proposés ci-dessus et classer les différentes mentions figurant sur un paquet de cigarettes selon qu’il s’agit de messages de type marketing, information ou prévention.

Le tabac et la santé

En France, le tabac est, de loin, la première cause de mortalité et de morbidité évitables. Il tue 73 000 personnes par an, dont 60 % par cancer. Le tabac a des effets sur l’appareil respiratoire, sur le système
cardio-vasculaire et sur l’ensemble de l’organisme. Il représente le premier
facteur de risque des maladies non transmissibles.

Le cancer du poumon : le tabagisme est responsable de 9 cancers du poumon sur 10. Les inflammations répétées et la détérioration des bronches dues à la fumée de tabac et aux goudrons font le lit du cancer du poumon.

C’est quoi l’accoutumance ?

Imaginons notre rat Boubouille qui se met à vouloir ressembler à un vilain chef de gang

DÉCOUVERTE PUIS ACCOUTUMANCE : Boubouille va découvrir l’effet de la nicotine. Le passage de l’usage simple (où il se dit qu’il peut arrêter quand il veut) à l’usage nocif (trop de nicotine va nuire à sa santé), ou de l’usage nocif à la dépendance (désir puissant d’utiliser une substance psychoactive, qui agit sur le cerveau, avec des difficultés dans le contrôle.), n’est souvent pas perçu par Boubouille qui semble maîtriser sa consommation. Boubouille va chercher la possibilité d’augmenter ou de recréer les mêmes sensations.

DÉPENDANCE : Boubouille s’habitue à la nicotine et en reprend régulièrement. Il s’attache à la prise de la nicotine.Elle s’impose à lui et lui devient nécessaire. On peut devenir dépendant d’un produit sans s’en rendre compte.

ADDICTION : Boubouille est privé de nicotine, l’arrêt est responsable d’un état de manque, c’est l’addiction.
L’état de manque se traduit par un mal-être pour Boubouille et une agressivité manifeste. Celle-ci persiste si on ne lui donne pas sa nicotine. Lorsqu’on le prive longtemps de celle-ci, c’est le sevrage. Cette agressivité disparaîtra à long terme une fois le sevrage établi.

Comme pour toute drogue, il existe 3 types de dépendance, liés à l’usage du tabac, dont on peut se débarrasser par des méthodes appropriées

  1. La dépendance physique : le manque provoque une souffrance intense qui sera calmée par une nouvelle prise de drogue (circuit de la récompense).
  2. La dépendance psychologique : lorsque l’on se sent en difficulté (stress, peur…), on ressent la nécessité de consommer pour retrouver les effets et les sensations procurés par la drogue.
  3. La dépendance comportementale : les habitudes et contextes de prise de produits font que la personne a envie d’en reprendre dès qu’elle se trouve dans une situation où elle a l’habitude de fumer (exemple : la
    cigarette qu’on allume avec son café le matin ou après le déjeuner, celle qu’on fume avec les amis au cours d’une soirée, etc.).

Sauras-tu reconnaître les différentes phases que passent notre ami Boubouille :

Souviens-toi, pourquoi on se met à fumer, voici quelques situations :

Les raisons qui peuvent inciter à commencer Les enfants et les adolescents commencent à fumer pour diverses raisons :

  • faire comme les grands ;
  • copier les parents ou leur désobéir ;
  • accéder à un sentiment de liberté ;
  • séduire ;
  • braver l’interdit ;
  • céder à la pression du groupe ;
  • surmonter une faible estime de soi ;
  • vivre une période de changement (déménagement ; séparation des parents…) ;
  • gérer le stress à l’approche d’un examen… Les arguments pour dire non
  • J’ai d’autres atouts pour plaire ou m’intégrer dans un groupe.
  • Je ne veux pas gaspiller mon argent !
  • J’ai envie d’affirmer ma personnalité.
  • Je veux garder une belle peau !
  • Je n’en ai pas besoin pour déstresser, j’ai d’autres méthodes !
  • Je refuse de me faire manipuler…

Dire NON au tabac!

Le plus simple pour ne pas fumer, c’est de ne jamais commencer ! Mais est-ce si simple ?

L’étude « Jamais la première » de la Fédération française de cardiologie montre que 7 % des enfants ont déjà essayé de fumer entre l’âge de
9 et 11 ans, 10 % s’ils ont des parents fumeurs et 14 % si ces derniers fument en leur présence. Une légère baisse est notée (- 2 points) par rapport à
l’expérimentation de cette même tranche d’âge en 2011. Cette étude montre aussi que 32 % des collégiens fument ou ont déjà essayé de fumer.

Plus on commence tôt, plus on a du mal à s’en défaire, sur 10 fumeurs adultes, plus de 8 ont commencé avant l’âge de 18 ans.

« Selon une enquête de la Fédération française de cardiologie (étude « Jamais la première », 2012), pour 66 % des 10-15 ans, revendiquer qu’on ne fume pas, c’est montrer qu’on est autonome, qu’on ne veut pas faire comme les autres. »

Des activités à faire en classe, en atelier :

1 Pour chacune des équipes, un élève prendra le rôle du fumeur qui veut inciter un non-fumeur à commencer. L’autre jouera le rôle du non-fumeur.
Quatre contextes au choix : une fête entre amis, la sortie de l’école/collège, une semaine en colonie de vacances, un week-end avec des cousins plus âgés et fumeurs.
2 Réfléchir à des arguments, tant du côté du fumeur que de celui du non-fumeur. C’est-à-dire : faire la liste des arguments présentés par le fumeur au non-fumeur et les réponses possibles du non-fumeur à celui qui
l’incite à fumer.

3 Travailler une petite scène de 5 minutes représentant le contexte choisi où le duo « s’affronte ».
À chaque duo de décider si le « non-fumeur » va se mettre ou non à fumer.

Est-ce que le message est passé ?

En groupe, imaginer un slogan sur le thème « La liberté sans tabac » que l’on pourra illustrer à l’aide du matériel disponible (ciseaux, colle, feuilles de couleurs…). Objectif pédagogique
•  Découvrir des initiatives et des mesures de lutte contre le tabagisme passif.
• Comprendre les responsabilités individuelles et collectives face au tabagisme passif.
Pour vous aider à imaginer votre slogan, voici quelques exemples : Objectif opérationnel
« La vie sans tabac, c’est comme… »
« Le tabac, c’est… »
« Fumer, c’est moins de… »
« Fumer, c’est plus de… » •  Quiz : se positionner (vrai ou faux) par rapport à des affirmations concernant le tabagisme passif.
Quelques conseils pour imaginer votre slogan :
• Un slogan est une formule frappante lancée pour propager une opinion, soutenir une action.
• Principes à appliquer : respect du thème, message simple, unique, synthétique, présentation (illustrée ou non)…

Ne pas, ne plus fumer

D’abord voici un petit vrai faux sur le tabac, ne vous inquiétez pas, lorsque que vous aurez vérifié, des explications sont données pour chaque question.

Quelle que soit la quantité de tabac consommée et aussi longtemps qu’on
ait fumé, il n’est jamais trop tard pour arrêter. Les bénéfices de l’arrêt du tabac interviennent presque immédiatement.

la ligue contre le cancer

Ainsi, un arrêt même temporaire est une première victoire dans le parcours du fumeur, notamment parce qu’il ne reviendra jamais au premier stade de fumeur heureux. Toutefois, la durée de ce parcours varie d’une personne à
l’autre. Un des motifs de rechute provient de la sensation de contrôle de la dépendance que l’ex-fumeur ressent alors qu’il est encore fragile. Cependant, au fur et à mesure des arrêts et des rechutes, les chances de succès du fumeur dans l’arrêt du tabac augmentent.

Décider d’arrêter : les clés de la réussite
Il existe 3 stratégies thérapeutiques validées pour rendre le sevrage tabagique plus confortable et limiter les freins liés au manque :
1• Motivation et préparation
Décider d’arrêter sur un coup de tête est possible.
Mais plus le projet est réfléchi, plus les chances de réussite augmentent.
2• Substitution nicotinique et traitement médicamenteux
Si l’on est dépendant, un traitement visant à atténuer ou à faire disparaître les éventuels effets désagréables liés à l’arrêt peut être utile.
3• Prise en charge psychologique. Les thérapies comportementales et cognitives sont efficaces pour aider à ne pas craquer, à rompre avec ses habitudes ou à gérer son stress.
Il existe également des médecins tabacologues. L’association de plusieurs stratégies peut être utile. Il est capital de valoriser la prise de décision
d’arrêter et les tentatives d’arrêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *