L’art confiné

Voici les activités que j’ai proposé sur facebook durant le confinement qui peuvent être faites pour gérer les émotions en période de stress.

Le dodécaèdre de la récupération.

Il vous faut un dodécaèdre vierge et pour vous aider voici une liste d’engagement.

SORTIR :

– Assister à un concert

– Rendre visite à un ami, de la famille

– Aller au cinéma

– Se balader dans la nature, dans un parc

– Marcher le long d’un canal

– Aller prendre un café sur une terrasse

ECRIRE(voir les exercices proposés )

– Un journal

– Une liste de choses positives

– Les pensées qui nous viennent.

MEDITER :

– Faire du yoga

– Respirer (voir les techniques de respiration)

LIRE :

– Des livres qu’on aime

– Des articles de magazines, de journal

– Des articles internet

PRENDRE SOIN DE SOI :

– Faire du sport (commencer par 5mn puis allonger au fur et à mesure)

– Faire de la marche

– Prendre un bain avec de la mousse, des huiles essentielles…

– Se maquiller

– Faire un bon repas en prenant le temps de cuisiner

– Caresser un animal

– Auto-massage

CITATIONS

* Il est dur d’échouer ; mais il est pire de n’avoir jamais tenté de réussir. Franklin Delano Roosevelt

* Ne crains pas d’avancer lentement crains seulement de t’arrêter.

* Tous nous serions transformés si nous avions le courage d’être ce que nous sommes. Marguerite Yourcenar

* Souris plus souvent. Ris plus fort. Vis plus longtemps.

* Prenez soin de votre corps, c’est le seul endroit où vous êtes obligé de vivre. Jim Rohn

* Il n’y a pas de réussite facile ni d’échecs définitifs. Marcel Proust

* Ne laisse pas un petit échec ruiner ton avenir.

Créez le votre avec vos ressources. Construisez le et quand vous vous sentez fébrile, en stress ou quand l’envie de fumer, boire…, vous vient, faites le rouler et appliquez ce qui est écrit sur la face.

« L’ Arbre des préoccupations »

Il vous faudra, une feuille cartonnée ou un carton, un crayon de papier, une gomme, des crayons de couleurs.

Au travail, à l’école ou à la maison on peut avoir des difficultés, des préoccupations, des choses qui nous font souffrir !

L’’ennui c’est que toutes ces choses, on les emporte avec nous et ainsi on passe de la maison au travail, à l’école ou de l’école, du travail à la maison avec notre lourd bagage de soucis.

Pour faire que ce bagage nous semble plus léger, il est important d’instaurer une barrière palpable car bien souvent on ne représente pas cette barrière, elle ne se voit, ne se matérialise pas et parfois même en ayant déjà mis en place votre « Arbre » vous n ‘en avez pas conscience. Il faut donc soit matérialiser soit prendre conscience de cette barrière. Par exemple, pour certains aller courir, avant de rentrer ou avant d’aller au travail, c’est une forme de coupure…

Ici nous allons donc matérialiser notre barrière en créant notre arbre des préoccupations, mais pas que, il faudra que vous le placiez dans un endroit stratégique pour qu’à la fin de votre journée de travail, d’école, si c’est là que les soucis se trouvent ou avant de partir au travail à l’école, si c’est à la maison que sont les problèmes, vous puissiez le regarder et y laisser tout ce qui vous a pesé pour le récupérer le lendemain, c’est ainsi instaurer un « rituel » qui devrait nous aider à mettre de la distance (toujours) et jour après jour réussir à se dire que cela n’est pas si grave finalement et que vos problèmes doivent rester dans la sphère qui leur est dédiée et non pas déborder sur votre zone de bien-être.

Cela doit vous permettre de vous dire « qu’est-ce que je risque à exprimer ce qui me dérange ? », par exemple, « je n’apprécie pas quand… », « je ne peux pas admettre qu’on me… », « je me sens mal à l’aise lorsque ou avec… » De retourner les problèmes vers celui qui nous les crée… C’est aussi ça prendre de la distance. Exprimer calmement ce qui ne va pas. Laissez l’autre s’exprimer et hausser le ton si il le veut, mais ne pas se laisser atteindre et juste exprimer « je vois que ce que je dis te met en colère, te froisse, nous en reparlerons quand tu seras prêt « 

Ne pas insister même si l’autre insiste… Prendre la distance nécessaire et toujours exprimer calmement ses émotions.

Votre arbre va vous aider à faire tri dans ce qui ne va pas, dans ce que vous ne supportez plus, ce qu’il faut changer car ça atteint votre moral, votre personne et cela se répercute sur votre bulle… Donc pour vous aider je vous propose soit de prendre votre cahier, soit une feuille canson ou de coller 2 feuilles ou coller votre feuille sur un carton ou simplement prendre un carton pour avoir une feuille « solide » et vous allez y faire votre « arbre des préoccupations » choisissez la forme que vous voulez lui donner, je vous mets quelques modèles pour vous inspirer. Ensuite pensez à cette situation que vous ne voulez pas ramener à la maison ou en période difficile à la maison ce problème que vous ne voulez pas emporter au travail ou à l’école. vous devez sanctuariser votre bulle de bien-être et donc ne pas y apporter ces « toxiques »

couchez les en mettant de la couleur des symboles qui vous font penser à ce toxique, vous seul saurez ce que cela représente et vous mettrez cet arbre dans un endroit que vous pourrez toucher chaque fois avant d’entrer chez vous ou au travail ou à l’école en y laissant symboliquement les « toxiques » pensez vraiment au moment où vous toucherez cet arbre que vous lui confier vos tourments et vous les reprendrez en retournant, chaque jour vous devriez vous sentir plus léger… au début ce sera difficile, c’est un apprentissage, comme accepter les situations qu’on ne peut changer, on n’est pas obliger de les supporter H24!

Ces toxiques, il faudra les prendre en charge séparément. Chaque toxique exprimé sur l’arbre devra être traité isolément soit vous y arriverez seul, soit il vous faudra de l’aide.

J’ai personnalisé mon arbre, pour en faire la gardienne de mes angoisses.

Exprimer ses émotions

Keith Haring est né le 4 mai 1958 en Pennsylvanie et mort le 16 février 1990 à New York,il est à la fois artiste, dessinateur, peintre et sculpteur. Ouvertement homosexuel il était très engagé pour les droits des LGBT.

Moi ce que j’aime chez lui c’est qu’il s’inspire de l’Art de la rue,les graffitis et il commence à dessiner à la craie blanche sur les panneaux publicitaires noirs du métro new-yorkais. Il a d’ailleurs été plusieurs fois arrêté. Son art est totalement contemporain, on le reconnaît entre mille.

Je suis certaine que les formes que je vais vous montrer, vous les avez déjà vu, sans le savoir.

Je trouve qu’il a tout saisi de l’humain. Ce que je vous propose dans cette période confinée (selon la situation de la personne), c’est en

1 de choisir parmi les silhouettes et formes que je vais vous proposer celles (une ou plusieurs) qui représente.nt le mieux votre état d’esprit de cette période, votre émotion dominante (angoisse, joie, tristesse…)

2. de remplir cette forme avec un « dessin » qui vous est inspiré par cette émotion, si vous êtes un peu angoissé, et bien choisissez les couleurs qui vous semblent proches de cette émotion et gribouillez l’intérieur de la forme en fermant les yeux. Ouvrez les yeux et admirez votre forme.

3. de nommez votre forme avec la pensée qui vous vient « Madame c’est trop de la balle », « Monsieur tellement moche » « Madame je n’en peux plus »… selon votre vision à vous.

Activité à faire SEUL , Entre AMI.e.s ou En FAMILLE …

Le puzzle Collaboratif

Connaissez-vous le principe des oeuvres collaboratives ? C’est très simple, ici un puzzle de 16 pièces, comme vous le voyez, j’ai donné un style différent à chacune des pièces, pour vous montrer ce que je veux, en fait si vous êtes ok j’aimerais 16 personnes, et chaque personne réaliserait 1 pièce du puzzle que je vous enverrais vierge, et ensuite en scannant ou en prenant en photo vous me renverrez cette pièce que vous aurez décoré à votre goût ( j’accepte tout, dessin découpage collage tissu…) Le seul truc conservez bien la forme et la taille de la pièce que je vous enverrai. Si vous êtes ok notez le en commentaire quand le confinement sera passé je vous demanderai peut être de me confier cette pièce. Une première oeuvre de 16 pièces est en cours, mais d’autres propositions viendront si vous avez envie.

Pour charger l’activité préparée c’est ici

La corona Maison

Ce défi est né sur twitter avec le #coronamaison je vous propose de faire votre maison confinée, avec la base de la coronamaison, je vous montre la mienne, pas terminé, pas top top, pour vous montrer qu’on se fiche du parfait, du wahoo, c’est juste participer à un défi sympa et faire ce qu’on peut, comme on le veut, et je vous montre plein d’exemples pour vous inspirer 😉 Moi j’ai pris beaucoup de plaisir à le faire et même si ça n’est pas parfait, je suis contente de ma coronamaison! (en commentaire) voyez les enfants peuvent aussi s’y mettre … J’adore le concept et vous ?

Apprendre à accepter ce que l’on ne peut changer

Et si on se mettait au journal créatif ? Maintenant qu’on a vu quelques petites activités on pourrait se mettre à créer notre journal. Dès demain je vous posterai ma 1ère page car oui je débute aussi dans le #journalcréatif. Alors pour cette première page, ou si vous avez déjà votre carnet de bord, vous pouvez ajouter l’activité que je vous propose aujourd’hui. On va rester dans le confinement, car c’est aussi pour nous aider à vivre le #confinement de manière plus sereine que l’on est sur cet événement. Dans votre carnet l’exercice 1 sera sur la page de gauche et le 2 sur la page de droite 😉 Il va s’agir aujourd’hui de savoir dire oui sans être dans le systématique, ce n’est pas dire oui à tout, mais accepter ce que l’on ne peut pas changer, comme le confinement sans être dans la résignation. Il s’agit d’accepter la situation et non pas de la subir. Accepter la situation, c’est pouvoir prendre du recul, alors que se résigner c’est plombant. Prenez soit 2 feuilles, soit un cahier carnet, des ciseaux, magasines et des crayons de couleur, feutres, craies… Alors sur la page de gauche, vous allez écrire ce qui ce qui ne va pas dans la situation actuelle, ce qui vous manque, ce que vous redoutez, on est dans le confinement déconfinement, donc vous pouvez partir de cette situation par exemple. Mais attention vous écrivez n’importe comment n’importe où sur votre feuille, en gros lisible pas lisible, en couleur, des mots, des phrases peu importe, vous pouvez même superposer les phrases, ce que vous ne voudriez pas vivre, ce que vous voudriez vivre…Ensuite, quand vous aurez terminé, quand vous aurez écrit tout ce qui vous venait en pensant à la situation, vous allez avec d’autres couleurs et en plus gros, recouvrir tous vos écrits avec des mots qui font partie de l’acceptation (oui, ok, je suis en accord, j’accepte…) l’espace entre ces derniers mots, vous pourrez le simplement le couvrir avec une couleur douce toute en transparence, juste pour mettre vos tout premiers écrits en arrière plan. Pour que la situation de départ soit « couvert de sérénité ».Sur la page de droite Prenez une situation vraiment douloureuse, qui vous pèse, ou qui vous met en colère ces émotions, c’est la réaction à la situation, si vous réagissez à chaud, vous allez vous mettre en colère, déprimer et ce n’est pas la bonne réponse.En agissant et en acceptant, on va prendre le recul pour adopter la bonne réponse à notre situation et surtout on ne va pas se mettre dans la violence, physique ou morale, et on va réfléchir plus posément à des réponses qui viendront alors qu’on n’y aurait pas trop pensé sous le coup de l’émotion.Sur notre feuille donc on va déposer cette émotion en couleur, en forme, en symboles, on se fiche de si c’est beau ou pas, on dessine des gribouillis, des mots et quand vous avez représentez toutes les émotions qui vous ont submergées en pensant à cette situation, vous allez écrire un oui comme sur le modèle et ensuite le découper.Demain nous poursuivrons ce petit exercice, qui je l’espère vous fera du bien.

Et ensuite donc cette 3ème page, vous allez transformer ce OUI simplement avec des formes grossières pour vous l’approprier ! Le but est vraiment d’avoir couché sur le papier vos angoisses, vos émotions de les « assumer », parfois on a du mal à dire ce qui ne va pas, à le verbaliser, à l’écrit cela peut être plus simple, et vous pouvez lâcher prise. Mettre de la distance.

What’s hold my hands ?

Hello, aujourd’hui je vous propose un nouvel exercice pour gérer nos émotions, et surtout pour s’habituer à l’idée du changement, du renouveau, de mettre ce temps de confinement à profit pour faire un point sur ce qui nous pèse et ce que nous voudrions changer, vivre,… Ce petit exercice qu’on a déjà rencontré sur internet s’appelle « What’s hold my hands? »  » Que portent nos mains ? » Sur 1 feuille tracez le contour de vos 2 mains, côte à côte, vous pouvez prendre 2 feuilles si une seule est trop petite, vous pouvez aussi les mettre dans votre journal créatif, si vous vous y êtes mis. VOS mains, la gauche représente le passé, la droite le futur.La main gauche donc vous allez y mettre vos souvenirs, vos angoisses, ce qui vous a empêcher d’arriver la où vous vouliez, ce qui vous stresse.La main droite est celle de l’espoir du renouveau, que voulez-vous vivre ? Qu’est-ce qui vous libère? De quoi vous avez besoin pour vivre un futur joyeux, heureux… Encore une fois, pas question de faire du « beau » ou « pas beau » c’est libre, vous pouvez écrire, dessinez, faire des symboles, bref laissez parler vos émotions, votre coeur non votre tête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *